Elena Alfaro, une femme engagée, à la rencontre des élèves

IMG_5047

 

Elena Alfaro est née en Argentine. Femme d’un syndicaliste engagé contre la dictature en Argentine, elle est arrêtée le 19 avril 1977. Elle a alors 25 ans. Enceinte au début de sa détention, elle subit les mauvais traitements, la torture et la déshumanisation : « Mon nom, c’était « o ocho » (08) ». Elle fait partie des rares rescapées des camps, sauvée par ses promesses de se taire et par l’enfant qu’elle porte. Ces photographies (ci-contre), découvertes il y a peu par Elena Alfaro, témoignent de ce moment où sa vie bascule vers la liberté. Elles permettent de se replonger dans l’époque, avec, notamment, le port du chapelet qu’elle arbore volontiers pour convaincre ses geôliers de sa foi catholique.

 

Après une période de discrétion, elle parvient à gagner l’Europe ; l’Espagne d’abord, puis la France. C’est ici, pays qu’elle voit comme le symbole des droits humains et de la liberté, qu’elle décide de construire une nouvelle vie.

Elena Alfaro au moment de sa libération, après 7 mois d'emprisonnement.

Elena Alfaro au moment de sa libération, après 7 mois d’emprisonnement.

20191015_1433181

Elena Alfaro obtient la nationalité française et est décorée de la Légion d’honneur. Femme engagée, elle rentre régulièrement en Argentine pour témoigner lors des procès portant sur les atteintes aux droits humains pendant la dictature. Elle est notamment à l’origine de la reconnaissance du viol comme acte de torture et de déshumanisation. Auparavant, si les victimes des viols obtenaient un procès, il intégrait une procédure séparée.

IMG_5186

Elena Alfaro veut témoigner auprès de tous les publics, notamment des scolaires. Elle intègre donc la réserve citoyenne et intervient  dans les établissements. Elle décrit le processus de déshumanisation qu’établissent les régimes totalitaires. Elle insiste : « La haine de celui qui est différent et l’indifférence au sort de l’autre font le lit des régimes totalitaires et des fanatismes » .

IMG_3348

Elena Alfaro est intervenue devant les élèves de 3e et de terminale des lycées général, technologique et professionnel ainsi que devant les secondes du lycée agricole de Rochefeuille. Captivés et touchés par son témoignage et ses valeurs, les élèves ont ensuite formalisé leur ressenti à travers des angles et des questionnements adaptés à chaque niveau d’âge. Les productions des élèves ont pris la forme de textes, poèmes, dessins, illustrations…

Même si son parcours transmet une empathie certaine, son message n’est pas une complainte de ses épreuves passées ; il s’agit plutôt d’un message pour aujourd’hui et demain.

part0000011

Elena Alfaro veut éveiller les consciences face aux dangers du populisme et de la haine en général : « Les valeurs républicaines, ça ne vous dit peut-être rien. C’est peut-être votre génération qui va donner du contenu aux valeurs de liberté, égalité, fraternité. Je ne suis pas là pour vous faire peur, ni pour jouer les paranos. Mais les ennemis de ces valeurs existent », rappelle-t-elle aux élèves.

IMG_3355

Présente du 15 au 17 octobre 2019 dans l’ensemble scolaire Don Bosco, Elena Alfaro a pris le temps de transmettre ses messages invitant à chérir l’égalité, la liberté, la fraternité que nous offre notre démocratie. En tant que femme engagée, elle a rappelé que ce bien était précieux et qu’il se défendait au quotidien.

04-ELENALFARO-675x1024

Elena Alfaro s’est aussi prêtée au jeu de l’interview dans le cadre du projet « Combats de femmes » mené par des élèves de 3e.