Bienvenue dans la salle intitulée « Portraits de femmes »

 

Écrire à partir d’une exposition : le projet des niveaux 5e et 4e

 

Présentation du projet

« Les femmes comme saisies par l’objectif de Daniel Fernandez, comme sculptées en un superbe noir et blanc […] tendent à se fondre en marge du monde moderne et en sourde rébellion contre lui » lit-on dans les colonnes du programme de février 2020 du Grand Nord. Il n’en faut pas plus pour susciter notre intérêt.

 

En effet, cette année, nous ne sommes pas les seuls à nous intéresser à la problématique de l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. L’équipe de la médiathèque de Mayenne, notamment, a mené plusieurs actions autour de cette thématique. C’est dans ce cadre que les enseignantes de français et d’arts-plastiques du niveau 5e et les documentalistes ont pu rencontrer Daniel Fernandez et découvrir son exposition « Vies de femmes », présentée dans les locaux du Grand Nord.

 

 Cette rencontre et cet échange, riches d’un point de vue humain et artistique, ont abouti à un partenariat entre l’ensemble scolaire et M. Fernandez. En mars 2020, nous avons ainsi eu la chance d’accueillir, au sein du collège, une exposition composée d’une trentaine de ses portraits de femmes et d’enfants. Si l’évènement a été écourté en raison de la crise sanitaire, nos élèves ont tout de même pu découvrir les œuvres, déambuler parmi elles, mais aussi, échanger avec l’artiste qui, avec beaucoup de générosité et de simplicité leur a transmis sa passion pour la photographie en noir et blanc, tout en attirant leur attention sur l’importance de bien savoir lire une image. Daniel Fernandez leur a expliqué sa démarche qui consiste à capter les regards de ceux qui souffrent pour mieux extérioriser ses propres souffrances. Touchés par les regards, les postures, les attitudes de ces femmes et de ces filles, les élèves se sont prêtés à des travaux d’écriture. Inspirées de ces portraits, des productions écrites mais aussi plastiques sont donc nées. En plus, de travailler des compétences disciplinaires très précises en Français et en Arts Plastiques, ce projet a permis de participer à la construction du Parcours d’Education Artistique et Culturelle (PEAC), inscrit dans le « projet global de formation de l’élève » défini par le socle commun en abordant ses trois piliers : la rencontre avec des œuvres et un artiste, des pratiques artistiques et des connaissances sur l’art du portrait et la photographie.

 

Rencontrer Daniel Fernandez et ses photographies est une expérience marquante qui aura su éveiller bien des réflexions et des émotions chez nos élèves de 5ème, à l’image, peut-être, de ce qu’Antoine Glémain (co-fondateur du cinéma Le Vox et acteur important de la scène culturelle Mayennaise), a pu écrire à l’occasion d’une de ses expositions  pour La Fête de la Terre : « Les photographies de Daniel Fernandez m’accompagnent depuis longtemps ; elles ne cessent de me regarder, de me questionner, de m’émouvoir. Daniel est le portraitiste fraternel du « monde des vaincus », des gens de peu, des marginaux, des pauvres, des taiseux… Sans apitoiement, avec une rigueur traversée d’éclats de tendresse et d’humour, il révèle leur absolue dignité. Il ne cherche pas à faire joli, il ne s’intéresse pas aux détails pittoresques, mais, dans l’étrange gravité des enfants comme dans la malice des vieillards, il capte la vérité sans âge de l’être humain. »

 

Consigne : Après avoir déambulé dans la salle et observé les images, choisissez la photographie qui suscite une émotion particulière chez vous puis rédigez un texte inspiré de celle-ci.

LA FUITE

Le regard empreint de tristesse,

Avec son enfant dans les bras.

Rares sont ceux qu’elle intéresse

Mais elle vous ébahira

Elle survit en faisant preuve de rudesse

Ses habits d’été cachent un corps froid

D’antan, elle fut massacrée

Un jour, avec son fils, elle en eut assez

 

Courir loin fut compliqué,

Ô combien a-t-elle souffert ?

En portant son fils à travers les cités

Une fois installée dans une cabane au milieu du désert

Rien ne peut plus l’arrêter ou lui prendre son bébé.

 

 

 

 

 

 

Sola, élève de 4e

Tu portes un pantalon rayé, un tee-shirt avec des petits dessins et un gilet

 

Rêve, que tu as oublié de faire depuis si longtemps

 

Inconnus, les membres de ta famille, que tu n’as jamais vus

 

Sourire, que tu as perdu depuis de nombreuses années

 

Tristesse, dans ce regard si rêveur

 

Espoir, que tu dois garder pour de meilleurs jours futurs

 

 

J’ai choisi cette image car j’ai ressenti de la tristesse pour cette fillette, je me suis imaginée qu’elle n’avait pas de famille, l’expression de son regard m’a fait de la peine.

Clara, élève de 4e

Dans l’embrasure de la porte tu te tiens

Avec des chaussures trop grandes mais tu y tiens

Non tu ne veux pas d’autres chaussures elles sont bien

Ils sont bien marrants tous ces gens

En me fixant avec cette boite couleur argent

Les enfants ont bien du temps pour ces amusements

 

Filles que je prends en photo

Et rien n’est plus beau

Regardez dans ma direction un peu plus en haut

Non pas dans le noir

A chaque photo le même regard

Non le même espoir

Dans la photo

Elle aurait pu changer de rôles

Zoé aurait-elle pu se nommer ? Ça aurait été drôle

 

Arnaud, élève de 4e

Le regard plein d’émotions

Cette femme jouant,

Quelques notes au violon,

Joue magnifiquement.

 

Une mèche s’échappant,

De ses cheveux soyeux,

Des yeux éclatants,

Et des taches de rousseur pareilles à ses yeux.

 

Des yeux si grands,

Si émotionnellement,

Impactants, envoûtants

Des yeux attachants,

 

Son visage délicat,

Sublimé d’un nez fin,

Faisant tourner la tête de plus d’un gars

Au teint cristallin.

 

 

 

 

Charlotte, élève de 4e

La jeune fille remplie de tristesse

C’est une jeune fille

Une jeune fille effondrée

Le regard humide

Car elle a pleuré

 

Elle avait un beau gilet blanc

Une petite couette

Pour moi c’est évident

C’est la plus mignonette

 

Elle était assise par terre 

Son cœur était fait de milliers d’éclats

Pour moi il n’y a qu’une chose à faire

La prendre dans mes bras

 

 

Candice, élève de 4e

Regard profond

 

Face à tant d’injustice,

Après tout ce chemin,                                      

Malgré tout le chagrin.

Ignoré de tous avec son fils                             

Le regard profond et protecteur                    

Impossible de la séparer de lui

Avec sa bouche posée sur son front.            

La femme encore debout après les épreuves de la vie.

 

 

 

 

 

 

Nathan, élève de 4e

Une femme qui embrasse son petit,

Montre un amour très fort.

Une femme qui embrasse son petit,

Montre que l’espoir n’est pas mort.

 

Le regard de l’enfant évoque,

La joie souvent et la tristesse de temps en temps.

Celui de la mère évoque l’amour tout le temps,

L’enfant aime sa maman.

 

Le vent souffle,

Les enfants chantent.

Le garçon souffre,

Sa maman ne chantera plus.

 

Charlie, élève de 4e

FEMMES

 

Fouiller la terre pour découvrir des mystères,

 

Entasser de la paille sur des plateaux énormes, 

 

Monter les sacs de grain au grenier,

Moteur abîmé, aussitôt réparé, 

 

Effectuer le chemin à pied jusqu’aux champs,

Souffler un peu, le temps d’un goûter.

 

 

 

 

 

Clara, élève de 4e

 

LE MALHEUR DANS LE FROID

 

Tenir bon

Rester forte

Ici, là-bas, rien ne change

Sentir le regard des gens

Tenter de sourire

En vain

 

Vivre dans le froid et la peur

Ignorer pour ne pas espérer

Et pleurer pour se libérer

 

J’ai choisi cette image car elle m’a touchée. Cette dame m’a fait de la peine, elle avait un regard triste et vide. Elle avait l’air souffrante et désespérée. Je n’ai pas hésité à choisir cette photographie car j’avais l’impression de comprendre ce qu’elle ressentait.

Salomé, élève de 4e

 

 

La tristesse d’une jeune fille

 

Ce matin d’hiver

Assis par terre

On aperçoit au milieu

Une jeune fille les larmes aux yeux

 

Seule dans la tempête

La bouche entrouverte

Elle pleure au milieu

Des gens heureux

 

Ce matin d’hiver

La jeune fille était belle

Sous le regard désespéré

Des gens qui la regardaient

 

Seule dans la tempête

On ressent sa peine

Son regard puissant

Fait frissonner les passants

 

Nell, élève de 4e

 

 

La fermière

 

Femme fragile     

Embellie par le photographe

Ridée par le travail

Modernisation précaire

Inerte

Edifiant son regard

Ruralité paysanne

Ecorchée par le temps.  

J’ai choisi cette photographie car elle me fait penser à ma grand-mère. 

Raphaël, élève de 4e 

 

LE REGARD (Mon haïku)

 

Les gouttes de pluie

Ruissellent sur mon visage

Mais je le vis, lui

 

 

J’ai choisi cette photographie car je trouvais intéressant de ne pas savoir où regardaient ces deux femmes. Leurs regards sont remplis de découverte et d’impatience. Dans mon haïku j’ai décidé de faire intervenir la nature et de créer cette « chose » qu’elles regardaient : lui. Mon haiku est composé de trois vers de 5,7 et 5 syllabes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eva, élève de 5e

 

Capture d’écran 2020-06-15 à 01.17.50

La Prière (calligramme)

Photo

Prier

SOEUR, DIEU, LUMIERE

Voile

Aube

Blanc

Noir

Prière

J’ai choisi la photo d’une dame qui priait.

J’ai choisi cette photo car elle a été prise dans un lieu où les hommes sont interdits. C’est rare de voir ça. Mais aussi parce qu’il y avait une lumière qui pouvait faire penser à Dieu.

Albin, élève de 5e

La complicité

 

La complicité d’une mère et son fils

C’est un regard plein d’épices

De l’amour à revendre

Comme un cœur à prendre

 

Même en noir et blanc

L’amour est toujours flagrant

Un bisou tout doux

Qui fait penser à un doudou

 

L’amour c’est comme l’engagement

Il est toujours gagnant

Avec un regard rempli de complicité

La vie est simplifiée


 

 

Cédric, élève de 5e

« Vies de femmes » : Texte explicatif de mon
choix de portrait (montage ci-dessus).
J’ai choisi cette jeune femme parce que je la trouvais
inspirante car on peut lire à travers ses yeux et son
expression du visage de la peur. Cette photo m’a touchée car la jeune femme tient son bébé d’une façon particulière dans ses bras comme une maman protégerait son enfant contre le danger. Elle est très simplement habillée : un chemisier blanc, un bandeau.
Cette photo me fait penser aux familles qui viennent des pays en guerre, qui ont très peur de se faire bombarder et la fuit en migrant vers d’autres pays avec leur famille.

 

Chloé, élève de 5e

Paroisse

Eglise

Religion

Crucifix

Religieux 

Bible

Sacrement

ur

Sainte

Prière

Yssan, élève de 5e

Un triste poème

 

Une petite fille, aux cheveux bruns

Au teint clair, mais aux yeux sombres

Dans son regard on ne voit que du chagrin

Au reflet d’une terrible zone d’ombre

 

Derrière sa frange son œil pleure

Est-ce de l’angoisse ou de la peur

La terreur elle n’en veut plus

Ce qu’elle veut c’est que la douleur n’existe plus

 

Ysaline, élève de 5e